Resistis - Meilleur Lendemain?
     
Resistis - Meilleur Lendemain?
Le confinement a bousculé nos habitudes et nos déplacements se limitaient à un papier obligatoire où le temps était réduit à peau de chagrin. Il a fallu se réinventer malgré nos peurs. L'activité humaine réduite à néant, nous étions comme des ombres au tableau déambulant en zone urbaine ou rurale pour voir de nos propres yeux les effets de cet enfermement et le raconter aux autres. Puiser en soi pour ne pas sombrer dans la mélancolie, éviter la culpabilité de pouvoir sortir en nous auto-appliquant un protocole sécuritaire. Trouver de nouveaux sujets dont on ne connaissait pas la portée rémunératrice ni l'intérêt des rédactions. Etre parfois confronté au mépris avec une difficulté d'accès à certains sites provoquant incompréhension face à des accès plus aisés pour d'autres. Ayant une double activité professionnelle, j'avais perdu un travail du fait d'une fermeture administrative pendant cette période et m'aperçevais que je n'étais pas grand-chose dans l'autre.J'ai alors cessé mes déplacements et mes réflexions pour proposer d'autres angles plus illustratifs, je n'aurai aucune commande. A quoi bon utiliser toute mon énergie pour du rien? Ayant retrouvé des appareils jetables périmés, j'ai exploré mon environnement proche. C'est mon acte de résilience trouvant son origine dans une image traitée avec le même type d'appareil en septembre 2019 lors d'une tempête à Cadaques. La situation est problématique pour bon nombre de photographes, entre certains festivals où les temps de rencontre ne pourront pas avoir lieu, des résidences annulées...Faire face en appuyant sur le déclencheur est la seule manière de me prouver que j'existe encore. Sans l'image, je meurs. C'est extraire ces émotions vécues au quotidien pour envisager un autre lendemain. Peut-être sera t-il meilleur?
Top